Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 08:51

EDITO Dernièrement, dans le cadre de l’exercice de mes fonctions,  je me rendais à Agen, au pays des bastides, des rebelles cathares, des irréductibles paysans (exception culturelle à la Française)  mais aussi au  pays des si fameux et si emblématiques  pruneaux d’Agen.

C’est ici aux abords d’un champ de maïs que je tombais nez-à-nez  (désolé pour cette approche anthropique de l’animal) avec le fameux long-bric d’Agen une espèce  aussi emblématique et aussi populaire que le grand  Coulaubre de la rivière Espérance qui traverse le Périgord et le pays de l’homme.

C’est alors que,  de retour vers la capital à bord de mon jet privé, et fort de ma fierté de vivre dans un beau pays, je décidais, moi-aussi de sortir ma boite à outils, cherchant avant tout à valoriser  un certain savoir faire et l’excellence à la Française. Le Lot-et-Garonne n’est pas un pays comme les autres, ce n’est pas un pays de demi-mesure, ni de demi-portion, ce pays a  une véritable carte à jouer et possède une véritable « énergie » prêt à relever tout les défis  pour sortir de ce marasme économique, de cette crise qui frappe nos campagnes et fait pleurer nos paysans.

En ce jour morose et  à la veille du solstice d’été (sic) je viens de prendre conscience que ma rencontre avec le long-bric d’Agen était peut-être un véritable atout pour  ce monde rural  désemparé. Ma mission si vous l’acceptez sera de donner un peu de « piquant » à la gastronomie autochtone, avec à la clé (pourquoi pas) une A.O.C.(Appellation d’Origine Contrôlée).

Mon idée s’est nourrie de cette riche et documentée revue La  France Agricole «  Nitrates et Santé/  l’étonnante contre-attaque », qui, en résumé, nous apporte tous les éléments pour revoir notre copie sur les fameux Nitrates que l’on considérait jusqu’à présent  comme responsable de la pollution de  nos rivières et du souillage de nos plages par les algues vertes.

Je me suis trompé, vous vous êtes trompés, nos politiques se sont trompés, l’Europe s’est trompée.

Les Nitrates en fait sont pleins de vertus thérapeutiques, pleins de vitamines, en résumé bons pour la santé,  on se demande pourquoi alors nos politiques insistent  à vouloir faire appliquer cette sacrosaint DIRECTIVE NITRATES DE 1991 et d’imposer à nos paysans des bandes enherbées inutiles,  qui de surcroit font perdre de la surface cultivable alors que la planète crève de faim, une hérésie en pays cathares !!!On se demande aussi pourquoi en 2007, les juges du tribunal administratif de Rennes ont pointé du doigt la carence du gouvernement dans la mise en œuvre des réglementations européennes ?

Oui, on se demande bien qu’elles mouches ont piqué tout ces hauts fonctionnaires  en cols blancs qui n’ont peut-être jamais portés une paire de botte et qui n’ont peut-être  jamais aussi dégustés une bonne poularde farci aux pruneaux d’Agen.

Il serait peut-être opportun de demander à l’Agence Française du médicament de valider le rembourser par notre Sécurité Social des tonnes d’engrais chimiques azotées  déversés dans nos champs, et dans nos rivières, puisque les nitrates seraient  des médicaments !!!…. Nous vivons dans un pays ou tout est beau, tout est rose, au pays des Bisounours ?

Beaucoup de "peut-être" et de "pourquoi pas" pendant que  notre bon vieux long-bric d’Agen profite du « bon savoir faire  productiviste » de ces Hommes de la terre.

Valorisons notre long-bric  sur nos bonnes tables, je propose le long-bric farci sur canapé de pruneau d’Agen accompagné d’un gaspacho d’algue verte de Bretage, un produit riche et protéiné,  né de l’exception culturelle lot-et-garonnaise et qui pourrait prétendre de toute évidence à une AOC (Appellation d’origine Contrôlée) et pourquoi pas aussi recevoir en sus  le label de qualité Européenne.

long-bricStop à la demagogies!!! Notre long-bric paie le prix d’une agriculture productiviste, notre long-bric a eu la malchance de naitre sur un territoire où les règles élémentaires de santé public sont bafouées (bien de vraies  études le confirme). Notre long -bric est un rebelle, un irréductible Long-bric gaulois qui se nourri malgré lui de fongicide, de nitrates et de produits phytopharmaceutiques en tout genre. Il vit en terrain miné, une véritable bombe à retardement cautionnée par ces irresponsables gestionnaires de nos terres, avec en arrière fond, un seul mot d’ordre :

le profit.

Ces individus semblent être  les seuls à croire que nos plages bretonnes recouvertes d’algues vertes sont « une manne » pour notre avenir  (tiens pourquoi pas produire du biocarburant ?). Même le bon sanglier gaulois ni trouve pas sont compte et  meurt d’intoxication alimentaire (le banquet à la « salade  romaine » ne leurs réussis pas, encore une hérésie !

Serions-nous au pays de la divine comédie, au pays des prunes de d’Ente, au pays de l’entonnoir obscure qui repend dans les entrailles de la terre un mauvais breuvage, un mal fallacieux. Oui, nous sommes bien au pays de  ces annonceurs de contrevérités, face à eux, les structures  associatives sont désemparée,  bien démunies devant le rocher de Sisyphe.

Ce pauvre long-bric est issu d’une manipulation génétique sournoise, faisons tomber les masques ! Réveillez-vous et mettons ces fermiers hors d’état de nuire - devant la vraie-réalité une réalité moins réjouissante pour notre planète!

Au menu ce soir je vous conseille le long-bric farci sur canapé de pruneau d’Agen avec un gaspacho d’algue verte - je corrige mon Edito,  en fait le long-bric d’Agen est une appellation d’origine Non Contrôlée (AONC). Bon appétit !

Signé un irréductible gaulois fonctionnaire et responsable.

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 05:37

CHAMBRE-D-AMOUR-GROLEJAC.jpg

Repost 0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 09:59
                                                                          
A la suite de la censure du blog de Philippe Charpentier, un des blogs les plus riches
de  la planète blogosphère avec ce franc parlé qui  lui est propre et qui déroute un peu nos travers latins, je remets en ligne cet article déjà ancien mais tellement d'actualité aujourd'hui.
 Soutien à Philippe, même s'il a l'habitude de mener seul et  au jour le jour un combat. L'Art est un combat permanant et il se passerait bien que certains en rajoute, parce qu'il ne sont pas capable de prendre la vérité en pleine gueule!


  C'
est bien une réalité, un des principes fondamentaux de notre démocratie, la liberté d'expression est entrain d'être bafouée sur notre vieux continent. C'est vrai comme le déclare Soraya Hamidi, qu'il suffit de regarder ce qui se passe en amérique pour connaître à quelle sauce vont être mangés nos artistes contemporains. En 2000, à Bordeaux, la censure s'est faite plus insidieuse. En effet, bien qu'installée dans une institution municipale, le CAPC (Centre d'arts plastiques contemporain), la mairie a refusé tout soutien à l'exposition Présumés innocents sur le thème de l'enfance.  Pas d'affichage public, disparition du nom du maire (Alain Juppé) sur les cartons d'invitation, aucun représentant de la municipalité au vernissage. Le tout, doublé de la plainte d'une association qui, au regard du seul catalogue, considéra que les oeuvres présentées étaient une « atteinte à la dignité humaine ».   En fin d'année 2005 en Grande-Bretagne, la galerie Bettie Morton de Brixton prépare l'exposition, Fall/Uprising [Descente/Montée], qui se compose de sept nouvelles peintures de l'artiste peintre Kimathi Donkor. Ces oeuvres marquent le vingtième anniversaire des émeutes de Brixton et de Tottenham, deux quartiers de Londres.  Cette galerie a subit une pression policière pour faire retirer ces toiles, prétextant une plainte du voisinage. Une affaire similaire à Paris où un jeune artiste Vincent Epplay qui diffusait à l'intérieur d'une automobile garée devant l'épicerie la vidéo « Christine » composée de longs monochromes ponctués par de brèves apparitions d'une strip-teaseuse. La Brigade anticriminelle est intervenue sur simple requête d'un habitant du quartier, la vidéo, le matériel et l'automobile sont saisis et mis sous scellés,  le responsable de la petite l'épicerie interpellé sous le chef d'inculpation  « diffusion sur la voie publique d'images contraires à la décence ».
L'œuvre, qu'elle mette en action des images, des mots, des bruitages, reste de l'ordre de la représentation et impose une certaine distance pour le soustraire de cette confrontation à la réalité. Cela ne signifie pas que l'artiste ne doit pas être responsable, c'est la critique qui doit donner un avis, et non l'ordre public avec toutes ces dérives possibles. Aujourd'hui un seul habitant d'un quartier à le pouvoir de saisir le harpon du Dieu de la mer pour « embrocher le cul » des non-conformistes, des détracteurs de "la déchéance de notre culture",  les faire incarcérer  pour diffusion d'idées contraire à la leur. Il devient ainsi le garant de la moralité de notre société, imbu d'un nouveau pouvoir,  comme l'histoire est capable de nous donner de nombreux exemples. La liberté de penser et d'expression, idée phare de la philosophie des Lumières, couchée sur notre Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, constitue de nos jours un principe universel. 
 Exister c'est communiquer   
                        Alors pourquoi est-on sur la pente descendante ? Un régime où toute différence, tout écart, « toute rugosité », s'exposeront au risque permanent de la répression populaire, celle de citoyens zélés, avec l'appui empressé et aveugle de la force public avec ses bras armés.  N'est ce pas aussi le signe d'une société qui a perdu ses repères ?  En attendant de nombreux artistes vont subir cette pression, s'autocensurer avant d'être censurés. Notre société à la recherche du politiquement correcte du socialement correcte.  Vive l'Art décoratif du XXIème siècle !                                 Bettina Rheims - la nativité 
Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 18:38
Repost 0
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 09:01

 

C'est dans l'enceinte du parc naturel régional PERIGORD LIMOUSIN, qu'un  industriel britannique, propriétaire d’un domaine d’environ 200 hectares dans la région de Nontron se propose d’y  implanter un circuit automobile  pour voiture de collection.

Avec une piste de 5 kilomètres, large de 15 mètres environ, sonorisée par près de 700 hauts-parleurs, ce projet situé  en amont de deux rivières écologiquement remarquables : le BOULOU et la NIZONNE. Il est de plus implanté sur une zone humide dont on connait l'importance aujourd'hui. Passe les manuels de l'écologiste moyen, cette zone offre un cortège floristique et faunistique remarquable qui contribue au enjeux de demain, le maintien de la biodiversité.

Il va de soi que nos amis britanniques, veulent mettre du beurre dans nos épinards. Mais voilà et c'est pas de chance, ce projet  est radicalement incompatible avec la présence d'un Parc  comme l’énonça le Conseil National des Parcs naturels en sa séance du 20 novembre 2007.  "Un pavé dans la mare" diront certaines mauvaises langues.

Il va de soi que  tous nos élus sont flattés (tous d'accord pour le projet). Leur Ego aussi. Ils vont pouvoir enfin trouver un centre d'intérêt et "aller au circuit"  voir ce qui se passe pour se faire "rinçer" avec de belles blondes, triée sur le canapé. C'est aussi l'occasion de flamber  avec une décapotable des année 30 pour inaugurer le circuit, etc.... çà "grise" plus que les cheveux et tant mieux pour eux. Ils en ont bien besoin pour se donner un semblant d'existance dans cette région où peu sont  naturalistes passionnés.

La protection de notre patrimoine écologique (rendu bien souvent à l'état de relique) est à prendre en compte dans une telle décision mais voilà il y a d'autres enjeux, incompatibles avec la protection de l'Environnement comme le copinage, le fric, la politique. Le Périgord est une petite corse et nous savons tous comment on tire les ficelles!


Nous ne sommes pas là pour polémiquer, même si je suis très en colère, on est encore en plein coeur du sujet et certaines  associations font du bon boulot.

Peu sont contre ce projet, beaucoup y voient leurs propres intérêts puisque qu'il y aura plus de 20 embauches et la possibilité de "placer" son rejeton. Mais voilà il faudra être trilingue et savoir "présenter". Les gosses du pays vont devoir revoir leurs copies! 

Je suis allé moi aussi flâner là bas, à Bagatelle et voilà en quelques minutes ce que j'ai vu, je passerai sur l'intérêt communautaire de certains habitats et sur la présence de nombreuses espèces floristiques ou faunistiques protégées, que, comme par hazard le bureau d'étude chargé de l'étude d'impact n'a pas vues.
Je laisse juste parler les yeux et les coeurs.

 

L'hydrocotyle vulgaire

 

Sphaignes sp

 

Le mouron délicat

 

La grassette du portugal

 

La drosera à feuilles rondes

 

La nèpe - famille des hétéroptères

 

La grenouille agile
Repost 0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 12:28

  

cannelle120308.jpgC’est en toute solennité que ce 14 mars 2008,
Monsieur le Procureur de la République de Pau, vient de requérir la relaxe pour l’assassinat de la dernière ourse d’origine pyrénéenne, « Cannelle ». Rappelez-vous, c’était en novembre 2004, qu’un certain  René Marquèze, chasseur et retraité de 64 ans, est mis en examen pour avoir abattu l’ours lors d’une partie de chasse.  

Mère d’un petit ourson, « cannelle » aurait attaqué les chiens puis se serait dirigée sur le chasseur, le contraignant à faire feu. 

 Ce scénario idéal pour la défense est loin de faire l’unanimité et développe depuis la controverse. Déjà les associations de protection de la nature avaient fait appel à la suite du non lieu prononcé à Pau le 19 janvier dernier. 

Les chasseurs d’Urdos, ont les dents longues : 

          ils ont su faire valoir leurs bons droits qui ne sont pas les mêmes que vous !

      Ils ont su faire connaître au monde entier qu’ils pouvaient s’accaparer un territoire, en détruisant tout sur leur passage, 

          Ils ont su braver les lois et pénétrer sur un territoire classé en «  zone refuge de l’ours ». 

     Ils ont su faire la sourde oreille quand les instances officielles les ont prévenus de la présence du plantigrade dans la région d’Urdos ». 

        Ils ont su lâcher les chiens pour une battu hypothétique au sanglier. 

-           Ils ont surtout su porter le drapeau du lobbying de la chasse et de l’agriculture.

La mort de l’Ours « Cannelle » est à rapprocher de la disparition du dernier poilu, des indiens d’Amérique, ou du dernier Dodo.

  Il n’y aura pas d’obsèques nationales, alors que l’animal était vénéré au temps préhistorique. La grotte de Montespan en est l’exemple. La bête était alors en compétition avec l’homme pour le gite et le couvert, mais l’homme le respectait. L’ours des cavernes « 4,5m de haut »  était certainement plus effrayant que notre bon « nounours » bien poilu de nos montages. (Décidemment c’est pas le jour des poilus !!!) 

Aujourd’hui je me pose la question : « N’y a-t-il pas une frustration refoulée vis-à-vis de ce chasseur/prédateur de se faire «chahuter » par une femelle accompagnée d’un petit. Le mâle pyrénéen en la personne de Monsieur René Marquèze, n’aurait pas supporté cet affront ? Serait-il redevenu primitif ? 

Monsieur René Marquèze peut-être fier, il sera désormais dans tous les livres d’histoires et pourra s’enrichir avec les droits d’auteurs.

A quand la médaille du Mérite Agricole pour  ce Monsieur Marquèze, Monsieur Le Ministre...de l'Agriculture?


 


Repost 0
Published by bucquoy thierry - dans des mots pour dire la vérité
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 16:09

      zorromix.jpg  Nos informateurs infiltrés dans les  hautes sphères de l'Etat viennent de nous communiquer par transmission sattelitaire des informations de la plus haute importance que je vous communique (sous le coude).
Bien entendu les informations citées ci-dessous sont une pure fiction et toute ressemblance avec une personne existante serait une facheuse coincidence et malencontreux hazard.

Joe Sarko ne paye aucun impôt depuis plus de 12 ans ….

Alors que depuis son élection ses revenus se décomposent ainsi :

Indemnité mensuelle du Président de la République :   24.874,55
Retraite de député ( à vie )…………………298,21 €

Retraite de ministre ( à vie et convertible après son décès en rente viagère pour ses héritiers, les petits Sarko sont tranquilles … ) : ..............8.776, 34 €
Retraite de maire de Neuilly ( à vie ) : …………....…….6.241, 92 €

soit un total mensuel de :
..................................................49.191,02 € !!!

Même si, tout à fait légalement 30 % de ces revenus ne sont pas imposables, il reste tout de même à notre JoeSarko, l'agité à la chemise rayée de l’Elysée un revenu imposable mensuel de : 34 435,71€ !!!

    Mais sur ces petites rentes, Sarko ne paye plus aucun impôt, malgré les réclamations qui lui sont faites depuis 1995 !!!

Et ce n’est pas tout ! Sarko a déclaré pour l’ISF un patrimoine de 1.576.394 €

Or il est propriétaire :

de :   -  trois assurances-vie totalisant .............................897.654 €,
          - 1 appartement de 340 m² à Neuilly
          - 3 studios de rapport dans le 6ème
         -  1 résidence d’été de 11 pièces et 13.000 m² de terrain à côté d’Ajaccio (son intérêt pour la Corse n’est pas … désintéressé… )

        - 1 appartement pour les sports d’hiver au dessus de Chamonix (120 m² ), sans compter quelques jolies collections de tableaux non assujetties à l’I.S.F …
Inutile de valoriser ces babioles !

Le tout ne dépasse sûrement pas ....... 1.576.394 € …

Nous penons tous sous le labeur et les charges,
Après "travaillez plus pour gagnez plus"
Il y a
"sachons pognons planqué"
ou
"Un pour tous, et tout à moi, même karla"!!


sarko.jpg

Repost 0
Published by bucquoy thierry - dans des mots pour dire la vérité
commenter cet article